L’interview de Yasu Michino, créateur de la marque de maroquinerie Michino et client Décorasol

Yasu Michino x Décorasol

« Mettre un joli parquet, ça change tout ! »

Sans le savoir, vous portez peut-être un sac dessiné par Yasu Michino. En parallèle de Michino, sa marque de maroquinerie lancée en 2014, ce designer de talent opère dans l’ombre pour de grandes maisons de luxe. Yasu Michino a choisi Décorasol pour le sol de son nouveau showroom parisien situé à deux pas de la Madeleine. L’occasion de parler sac à main et parquet ! 

Bonjour Yasu, pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Je suis japonais d’origine. Je vivais à New York, avant de venir en France en 2003 pour étudier la mode. C’était comme dans Emily in Paris, la série Netflix, je ne connaissais pas bien la culture française, je ne parlais pas la langue.

J’ai fait deux ans d’école de mode, et je me suis spécialisé très tôt dans la maroquinerie. J’ai travaillé pour des maisons comme Sonia Rykiel, Givenchy, Yves Saint Laurent, Delvaux (une marque de maroquinerie belge très haut de gamme), Nina Ricci.

Petit à petit, j’ai développé une activité de free-lance. Mon premier client a été Kanye West. J’ai notamment développé des sacs pour sa marque de sport Yeezy. Je collabore toujours avec lui et avec d’autres marques, comme Le Tanneur.

Quel a été le déclic pour lancer votre propre marque de maroquinerie Michino ? 

En travaillant à droite à gauche, je me suis rendu compte de l’importance d’avoir son propre point de vue. Lorsque l’on travaille pour d’autres, on s’adapte, on répond à des briefs, et parfois on perd la notion de ce qu’on aime soi-même. Trouver sa propre voie et sa propre identité en tant que styliste, c’est un travail tout au long de sa vie.

Je suis content d’avoir lancé Michino en 2014, parce que je suis encore dans la définition de ce que j’aime, de ce que je voudrais que les gens perçoivent de moi. Chaque décision est importante.

A quoi reconnaît-on un sac Michino ?

Michino est une marque positive, joyeuse, qui rend les personnes heureuses. Mes sacs sont basés sur leur fonction, mais avec une identité graphique. C’est une marque qui a beaucoup de souci de style, mais qui n’oublie pas le côté fonctionnel.

Certains de mes sacs portent des messages, le plus connu est « Salut ». C’est un clin d’œil à l’époque où je suis arrivé à Paris avec le rêve de devenir styliste, alors que je ne parlais même pas français. Mon rêve s’est réalisé, alors c’est aussi ma façon de partager un message d’encouragement : « si tu veux quelque chose dans la vie, tu peux l’avoir ».

On a même lancé un service de personnalisation pour permettre à nos clients d’écrire le message de leur choix sur leur sac.

 Vous avez fait appel à Décorasol pour le sol de votre nouveau showroom parisien, que recherchiez-vous ? 

Avant d’y installer notre showroom, le lieu est resté inoccupé pendant 20 ans ! Il n’y avait ni eau, ni électricité, c’était la première fois que je travaillais sur un chantier de zéro.

Dès le départ, je savais exactement ce que je voulais faire. Je me suis inspiré d’un mélange entre le minimalisme à la japonaise et l’artisanat à la française. Je voulais donc que ce soit zen, pur et minimaliste à la japonaise, avec un parquet en point de Hongrie pour donner le côté français. Quand on voit ce parquet, c’est la France.

Showroom Yasu Michino Paris

 

Il s’agit du parquet Massif Chêne Point de Hongrie Doré Finition Vernis Mat Brossé Teinte Doré. Comment avez-vous fait votre choix ?

Je voulais absolument du chêne français. On est en France, autant utiliser des matières nobles françaises. Ensuite, pour la couleur, j’ai éliminé le clair et le foncé. J’ai finalement opté pour cette couleur « châtaigne », que je trouve particulièrement jolie.

Qu’avez-vous apprécié avec Décorasol ?

J’ai été très bien reçu à la boutique Décorasol Opéra, rue Sainte-Anne, où j’ai fait la connaissance de Yann. C’est quelqu’un de très aimable. Avec lui, la communication était fluide, on s’est très bien entendu. Il a pris en considération mes attentes.

Et c’est très pratique de pouvoir se rendre directement à la boutique pour voir les produits en vrai. J’y suis d’ailleurs retourné pour choisir le parquet de mon nouvel appartement que je suis en train de refaire. J’ai utilisé le même modèle de chêne massif en point de Hongrie, dans une nuance plus claire. Mettre un joli parquet, ça change tout, ça me fait du bien.

Votre meilleur conseil pour réussir ses travaux ?

Prévoyez bien toute l’électricité avant de poser le parquet, réfléchissez aux prises dont vous avez besoin. Une fois que tout est pensé en amont, vous êtes tranquilles.

Découvrez Michino sur www.michinoparis.fr 

Ce parquet vous plait ? Retrouvez-le en un clic : parquet Massif Chêne Point de Hongrie Doré Finition Vernis Mat Brossé Teinte Doré

 

 

 

 

Postez un commentaire